jeudi 6 juin 2019

Liberté nocturne


Le sommeil est la plus douce expérience de liberté que nous puissions vivre. L'allégresse d'un lâcher-prise, un abandon de soi au fond de soi, la chute réparatrice dans l'abîme de l'oubli, et c'est au fond de l'abîme que gît la lumière... Nous ne maîtrisons rien car nous ne sommes rien, rien d'autre qu"une lampe brûlant de se voir et de briller pour être vu. Mais dans cet apprentissage douloureux, qui donc enseignera à la lampe que sa nature est d'éclairer et de se fondre dans la lumière prodiguée, puisque dans la lumière, la lampe disparaît. Le paradoxe de la lampe est de porter ce qui la voile et sans quoi elle ne peut être vu. Dans les ténèbres, il n'y a plus ni lampe, ni lumière, ni réceptacle, ni émission. Les ténèbres sont une lumière qui s'endort, la lumière est une obscurité qui s'éveille....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire